Elections Professionnelles : qui avance masqué chez CGI ? Pas la CGT ! La preuve...

samedi 22 décembre 2018
par  Baldrick, Un syndiqué

Qu’est-ce que c’est que cette tisane ?

Vous avez tous pu découvrir le mail de la Direction envoyé aujourd’hui (21/12/2018) par notre DRH Benoit Froment. Il relate le point de vue de la direction sur les mois qui se sont déroulés.

La CGT-CGI a mené des négociations longues sur les élections professionnelles. Elle y a mis toute l’énergie qu’elle pouvait afin de faire vivre au mieux le court moment de démocratie dans notre entreprise.

Les dernières élections, c’était à l’automne 2014. C’est loin ! Déjà plus de 50 mois ont passé. C’est 14 mois de plus que prévu initialement. La faute aux ordonnances Macron qui ont permis à la Direction de prendre seule la décision de reporter le scrutin à fin 2018.

Mais voilà toujours pas d’accord 14 mois plus tard. Les raisons en sont multiples. La CGT estime avoir été transparente, fiable, sérieuse et surtout constante dans ses positions. Tous ne peuvent assurément pas en dire autant !!!

La démocratie au cœur de la question

La CGT-CGI veut de la démocratie dans l’entreprise. Simple, basique.
C’est vous qui nous donnez notre légitimité. Personne d’autre.
C’est pour vous que nous luttons. C’est à partir de vos aspirations que nous construisons nos revendications. Nous croyons profondément que tous les salariés sont en droit d’être représentés au mieux. Nous n’avons pas peur de vous demander votre avis. S’il venait à être positif, nous en serions plus fort. S’il venait à être minoritaire, il nous fera nous remettre encore plus en question que nous le faisons déjà.
C’est une question de démocratie... Certains l’ont-il oublié ?

Panique, il faut sauver les meubles en urgence

Face au vide pourtant tellement prévisible, en urgence, la Direction, propose une prorogation d’un an de plus.
Un an de plus sans élection. Un an de plus avec les rapports de force actuels. Un an de plus sans vous demander votre avis sur qui vous représente au mieux. Un an de plus sans que rien ne change, pour le meilleurs, et surtout pour le pire !

Nous ne porterons pas une responsabilité qui n’est pas la notre

Pour ces raisons, et bien d’autres que nous avons bien toutes pesées, nous refusons donc de proroger les mandats jusqu’au 31 décembre 2019. L’accord devant être unanime, il ne s’appliquera pas.
Sacrifier les élections et laisser les syndicats majoritaires en 2014 négocier tous les accords 2019 est inconcevable (Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences, Qualité de Vie au Travail, Salaires, Égalité Professionnelle Femmes/Hommes...) sans vérifier leur réel niveau de représentativité.

Mais les syndicats constructifs chez CGI ne sont pas forcément ceux qu’on croit

Soucieux de ne pas subir de carence des instances au 1er janvier 2019 (ayant des conséquences fâcheuses) nous formulons une contreproposition avec une date de prorogation au 30 juin 2019.
Elle permet d’éviter l’écueil se présentant dans 10 jours tout en laissant à tout le monde un ultime délai pour se mettre d’accord et procéder aux élections.

La question est maintenant renversée. Nous verrons qui avait a cœur, comme la CGT, d’éviter une carence au 1er janvier et qui, au contraire, avait en réalité comme seul objectif de sauver son mandat douillet le plus longtemps possible en vous privant d’élections.

Chacun assumera sa position. La carence, si elle venait à avoir lieu, ne sera pas du fait de la CGT-CGI. C’est la plus grande des certitudes !

En PJ : L’accord soumis à signature auquel nous avons ajouté des modifications en mode révision.
Rien de plus. Pas de blabla. Juste du concret ! Et cet accord, s’il faut le signer le 25 décembre ou le 31, nous le ferons, nous. Car c’est notre devoir qui prime, pas notre bon vouloir !


Documents joints

Proposition d'accord CGT-CGI

Commentaires


Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 20 juin 2019

Publication

150 Articles
Aucun album photo
6 Brèves
5 Sites Web
13 Auteurs

Visites

38 aujourd’hui
116 hier
58960 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés